Flux RSS  feed-icon.png

La carte postale :    --> le trait d'union entre le passé et le présent <--


Le 25/04/2017 -

Allemand Anglais Espagnol Français Portugais

Cartes postales des petits métiers d'autrefois (suite 1)

Les porteurs de glace

En ce début de vingtième siècle, durant la période estivale, quelques valeureux hommes arpentent la nuit, à la lueur des étoiles, les pentes d'une montagne toute proche accompagnés d'un cheval ou d'un âne qu'ils attacheront à une cabane d'estive pour poursuivre, seuls, jusqu'aux névés situés aux alentours de 2000 mètres d'altitude dans une combe très froide où le soleil ne frappe pas.
         Ceux sont les porteurs de glace, petit métier hors du commun aujourd'hui disparu. Arrivés sur les lieux, munis d'une simple hache ils découpent un bloc de glace de 25 kilos environs qu'ils enveloppe dans un sac de jute garnis de sciure pour isoler la matière. Le sac reposant sur le dos, les porteurs redescendent le plus vite possible car malgré les précautions, le précieux chargement fond inévitablement durant le transport.
         De retour au village, au petit matin, les blocs sont immédiatement expédiés chez les restaurateurs, bouchers et autres pour que ceux-ci assurent à leurs clientèles des produits parfaitement frais.

N°18 scènes méridionales- Montagnards pyrénéens porteurs de glace N°18 scènes méridionales
Montagnards pyrénéens porteurs de glace
Le bloc de glace était enfoui dans un immense sac qui reposait sur la tête et le dos du porteur que protégeait une peau de mouton.
Collection Claude Bailhé
Tiré du livre "Les Pyrénées au temps des montreurs d'ours" (Ed. Milan)
Editions F. Loubatières, Toulouse
(reproduction)

La photographie ci-contre a été prise sur le pont du Garbet, à Aulus-les-Bains, près de l'hôtel du Midi, en 1905.
L'identité des deux personnages est :

Le bouilleur de cru

Le bouilleur ambulant est celui qui distille pour le compte des bouilleurs de cru (propriétaires qui récoltent les fruits de leurs vergers). Certains bouilleurs de cru disposaient d'un privilège qui leur allouait en franchise 20 litres à 50°. Ce droit qui remontait au premier empire, n'est plus héréditaire depuis la loi du 30 aout 1960.
         Ce privilège a disparu fin 2007. Aujourd'hui, tout citoyen peut distiller ses fruits pour faire son eau de vie.
         Pour 1 litre d'alcool à 50°, 3,60 euros sont taxés par les douanes et 4 euros sont dûs au bouilleur ambulant pour la façon (tarif 2008).
         Attention, cette production "marginale et familiale" ne peut être vendue !

Massat- Bouilleur de cru Massat
Bouilleur de cru
(reproduction)
Bouilleur de cru- Bourgogne d´hier et d´aujourd´hui- N°5- Le père Lobbe. Brandevinier Bouilleur de cru
Bourgogne d´hier et d´aujourd´hui
N°5- Le père Lobbe. Brandevinier
Civry (Édition- Diffusion) 89200 Avallon- 1979
Page précédente Page précédente Haut page
Haut page
Page virtuelle Page virtuelle

fleche_droite_002  Ce site vous a plu ?... Alors n'hésitez pas, ajoutez *Ma collection de cartes postales* dans vos favoris.

Plan du site


         Mise en page © 2008 Elephorm et Alsacréations - © 2007, C6 Software, Inc. - © 2008-2017, japy-collection

         Les informations sont communiquées, mises à jours et corrigées par l'administrateur du site lui-même. Ne pouvant garantir l'exhaustivité ni l'exactitude de tout le contenu, il ne peut en aucun cas être responsable des conséquences directes ou indirectes liées à leur publication ainsi qu'à leurs utilisations. Merci toutefois de lui signaler toute erreur ou toute omission importante.
         Toute personne, morale ou physique, figurant ou citée sur une page de ce site, peut exercer ses droits d'accès, de modification, de rectification ou de suppression des informations la concernant en me contactant par email.
         Ce site, d'accès totalement libre et gratuit, ne bénéficie d'aucune subvention.



assets.pinterest.com/images